Freelance plutôt free en ce moment…

Écrit par Yvandeuren

2 septembre 2012

Pardonnez le mauvais jeu de mots mais la réalité est bien là aujourd’hui, non ? La bonne santé du statut de freelance est au centre de mes préoccupations pour au moins deux raisons.

La première : bien que souvent caché derrière des titres à rallonge qui ne veulent plus dire grand chose à part freelance et bien j’en suis un. La seconde raison est que ces freelances sont une des cibles de notre nouvelle activité dans le centre de Liège, l’espace de coworking La Forge.

Définitions rapides :

[pullquote align=”left”]”Someone who sells his services to employers without a long-term contract” [/pullquote]

 [pullquote align=”left”]”A medieval mercenary“[/pullquote]




Si non, un précédent article sur le sujet : Freelance, escale des temps modernes (oui parfois)

Sujet introduit, faisons un bref constat aujourd’hui sur les sites qui faisaient la une de la presse il y a un an et qui proposaient des offres à ce type de profil.

  • Ikki – complètement mort pas une annonce freelance depuis plusieurs mois, l’animation du site semble avoir été désertée en mars/avril 2012 après moins de deux années d’existence…
  • Entreforce.be – si on peut parler d’un site d’annonces freelance… il est actuellement aux mains d’un Geek Drupal/Ubuntu néerlandophone…
  • Freelancejob.be – au rythme de deux annonces par mois, ce site ne semble pas non plus respirer la santé dans notre pays.
  • Les sites classiques : Monster, Jobat, Stepstone, Tribu du web, qui ne débordent pas non plus de propositions intéressantes sauf sur des profils très spécifiques liés à l’IT.
  • Les chasseurs de talents comme Huxley, Computer Futures ont vraisemblablement des offres mais bon…
  • A éviter Progonline, le site qui te fait payer pour consulter des offres/demandes de clients réelles ou pas, c’est la question.

Alors pourquoi si peu d’engouement pour les offres freelances en Belgique par rapport à nos pays voisins ?

  • Politique RH parfois encore un peu rigide dans certains secteurs ;
  • Fausse croyance sur le prix des prestations ? Montant facturé n’est pas égale au salaire net perçu par le prestataire ;
  • Un marché actuel un peu timide, crise oblige ;
Conclusion :

[note color=”#eeede7″]Note positive tout de même, les freelances peuvent compter sur leurs propres réseaux constitués dans les années fastes pour continuer à travailler même si le volume de business est plus faible. Cela libère du temps pour travailler sur d’autres modèles que simplement vendre du jour/homme qui à terme devient fatiguant et économiquement dangereux…[/note]

Sources :

http://en.wiktionary.org/wiki/freelance

http://www.references.be

 

Ceci peut vous intéresser :

Outil de partage de Wifi pour les tiers-lieux

Outil de partage de Wifi pour les tiers-lieux

Cet outil vous permet de créer rapidement une affiche imprimable (PDF) avec vos informations d’identification WiFi. Entrez simplement vos informations d’identification ci-dessus et appuyez sur pour imprimer ou télécharger un PDF.

Situation Covid 19

Situation Covid 19

Le seul objectif aujourd’hui est de se préparer à la reprise. On réduit au maximum la voilure, on travaille sa trésorerie sans affecter ses fournisseurs, on reste disponible pour ses clients. Lire la suite ici !